IMG_7462 IMG_7468

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton œil angélique,
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d'eau soupire vers l'Azur !

- Vers l'Azur attendri d'octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie,
Et laisse sur l'eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se traîner le soleil jaune d'un long rayon.

Stéphane MALLARMÉ - Soupir - 1864

(poème mis en musique par DEBUSSY et par RAVEL)

IMG_7456

IMG_7453 IMG_7460

IMG_7464 IMG_7463

IMG_7450

C'est l'été des Indiens ...

Bords de Loire, vendredi après-midi, sur le chemin des écoliers, entre Amboise et Tours : 20 minutes d'arrêt, le temps d'une balade sur la "plage" de Montlouis ! Pas un chat ...