C’est le maître des nuits. C’est le maître des regards tournés en dedans.

C’est le maître aux paupières baissées.

Il fit de la nuit son royaume.

C'est une nuit intérieure : un logis humble et clos où il y a un corps humain qu'une petite source de lumière éclaire en partie.

Telle est l'unité de l'épiphanie : 1. la nuit, 2. la lueur, 3. le silence, 4. le logis clos, 5. le corps humain.

http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/XJTRLC/07-505271.jpg

Dans le Nouveau-né, la lumière de la chandelle est masquée derrière la main levée.

Elle hésite entre bénir ou protéger la flamme et se concentre sur l'énigme d'un minuscule homme ligoté de bandelettes, qui sera un jour un mort. Le bébé devient le foyer dont la clarté vient sculpter de sollicitude les deux visages des jeunes femmes qui sont penchées sur lui.

 http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/KNX0DO/97-016088.jpg

Georges de LA TOUR (1593 - 1652) - L'Adoration des bergers - Musée du Louvre (RMN)
 
Chez La Tour, les dieux sont sans nimbes, les anges sont sans ailes, les fantômes sans ombre. On ne sait si c'est un enfant ou Jésus. Ou plutôt : tout enfant est Jésus. Toute femme qui se penche sur son nouveau-né est Marie qui veille un fils qui va mourir.
 
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/TGVUYL/97-016086.jpg
Georges de LA TOUR - Saint Joseph charpentier - Musée du Louvre (RMN)

Un homme peint son semblable. 

Il interroge, avec une confiance d’enfant, ce qu’il a sous les yeux.

Cette confiance qu’ont les enfants est aussi une consternation.

http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/ILMOSV/04-513953.jpg
Georges de LA TOUR - Le Nouveau-né - Musée des Beaux-Arts de Rennes (RMN)

Devant La Tour, le Verbe lui-même est dans sa nuit.

Le silence est devenu la Passion du silence.

C’est le dernier silence.
Pascal QUIGNARD - La nuit et le silence - Georges DE LA TOUR
Quelques secondes de lumière en plus, à partir du 23 décembre ...
Pour fêter cela, un rougeoyant coucher de soleil, ce soir.
En 2012, on aurait pu les compter !