P1050461

Un jour, j'ai démissionné de toutes les fonctions que j'exerçais alors, pour retrouver l'étude.

L'étude des notes, de toutes les clés, des lettres, des partitions, des manuscrits, du piano, du violon, de l'alto, du violoncelle, des gammes majeures et relatives, des langues, des livres.

L'étude est à l'homme adulte ce que le jeu est à l'enfant. C'est la plus concentrée des passions. C'est la moins décevante des habitudes, ou des attentions, ou des accoutumances, ou des drogues. L'âme s'évade. Les maux du corps s'oublient. L'identité personnelle se dissout. On ne voit pas le temps passer. On s'envole dans le ciel du temps. Seule la faim fait lever la tête et ramène au monde.

     Il est midi.

     Il est déjà sept heures du soir.

Pascal QUIGNARD - Leçons de solfège et de piano - Arléa - mars 2013

P1050460

Tic tac - Jardin N°18 - Festival des jardins de Chaumont sur Loire - 2013

Ce jardin est à l’image d’un cadran solaire végétal qui accompagne le visiteur dans un parcours où se mêlent et s’entremêlent les sensations. En effet, inconsciemment, chacun associe sensations, ressentis et perceptions pour créer son propre univers.  Ce jardin rassemble des sensations que chacun éprouve à un moment de la journée. (Extrait du texte de présentation du Festival)

Claire MICLON, Sandrine MEURS, Christopher LIMBOURG, Mai-Linh SONET et Paul Michael KOESTLER, étudiants
Vincent DUPONT-ROUGIER, enseignant
ÉCOLE SUPÉRIEURE DES ARTS MODERNES DE PARIS

 

 http://desmotsetdesnotes.files.wordpress.com/2012/08/challenge-des-notes-et-des-mots-4.jpg?w=150&h=150 50 pages de QUIGNARD, c'est bien assez pour se nourrir une après-midi d'août ...

La leçon est magistrale, intime et universelle, de son expérience la plus humble (Des années durant, à Pâques, j'ai lu à la bougie) à la virtuosité de langage forgée à l'étude du grec et du latin. Sont réunis Julien GRACQ, Louis-René DES FORETS, Paul CELAN et d'autres artisans de la pensée et du verbe, usinant leurs outils à même le chaudron originel du son et du sens.

Tout ce chapitre sur CELAN, sur l'appel adressé à un monde crypté, encore invisible mais signifiant, m'a beaucoup intéressée, étayant mes recherches sur la voix, la naissance du langage et de la communication, et l'éveil au monde sonore (la perception sonore in utero et les premières émissions vocales).

 

L'appel espère dérouter l'autre de son chemin pour faire venir vers là où il est émis.

D'une part le cri achemine celui qui l'entend vers sa source. D'autre part le criant anticipe un mystérieux « être entendu par l'autre » au fond de son cri.

Physis c'est pousser. Le poussin (quel mot extraordinaire) « pousse » ses premiers cris à l'intérieur de l'oeuf.

 

Il faut lire et relire tout ce passage, aller au bout de la démonstration, revenir à la source de l'hypothèse et vérifier le théorème ...

Des clés, des serrures, des sceaux, des bouteilles à la mer, un mot peut en cacher un autre ...

 

Primo Levi s'en prit une fois à Paul Celan avec violence. « Ecrire c'est transmettre, dit-il. Ce n'est pas chiffrer le message et jeter la clé dans les buissons. » Mais Primo Levi se trompait. Ecrire ce n'est pas transmettre. C'est appeler. Jeter la clé est encore appeler une main après soi qui cherche, qui fouille parmi les pierres et les ronces et les douleurs et les feuilles mouillées, noires, gluantes de boue, ou craquantes, ou coupantes de froid, de la nuit, à l'Ouest du monde.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KSLbgzgUL._.jpg

Les notes de lecture de Bonheur du jour, Margotte